Avoir la plus jolie tombe du cimetière en signe de respect...

Pour le respect des êtres chers qui sont déjà partis, il va falloir entretenir leurs tombes pour que celles-ci restent toujours jolies. Ce qui n’est plus la tâche des pompes funèbres comme la pompe funebre generale mais de ses proches. Voici quelques gestes simples que vous pouvez faire pour ce faire.

L’entretien, une démarche à faire régulièrement et avec mesure

Le principal facteur de dégradation d’une tombe est l’eau surtout si celle-ci a été faite de pierres tendres, non polies a contrario des pierres récentes peu poreuses telles que le granit. Quand même, dans les deux cas, il est toujours indispensable de l’entretenir de façon régulière pour éviter l’apparition des algues, des mousses, etc. en tout pour la pérennité de la construction funéraire. Pour y parvenir, vous pouvez nettoyer les plaques funéraires ainsi que sous les jardinières avec une brosse douce, en nylon par exemple. Et surtout éviter d’utiliser les produits nettoyants ménagers, l’usage excessif d’eau et assurez-vous, avant chaque entretien, la stabilité de la pierre, tout cela pour éviter des détériorations supplémentaires. Enfin, faites appel à une entreprise spécialisée s’il s’agit d’une réfection de joints d’étanchéité de la pierre tombale, de restauration de gravures abimées ou d’autres maladies de pierre.

L’entretien d’une sépulture revient à qui ?

L’entretien normal d’une concession (de moussage et dépoussiérage de la pierre tombale) peut être fait tant par les héritiers du défunt que par des tierces personnes sans autorisation de la commune. Par contre, les travaux et construction de monuments funéraires ne peuvent être faits qu’après déclaration préalable auprès de la mairie et seulement par les ayants droit de la concession. Donc, une tombe qui date plus de 30 ans et qui ne serait pas entretenue par faute d’héritiers peut faire l’objet d’une reprise pour abandon.

Enfin, l’entretien de la tombe d’un être cher n’est pas juste un signe de respect mais aussi une marque qu’on l’aime.